LTQ-FT-ICR Thermo

JPEG - 133.6 ko

Domaines d’applications


Identification des protéines provenant d’un mélange simple (injection directe), ou d’un milieu complexe après séparation par LC 1D ou 2D.

Recherche de masses exactes de modifications

Quantification de peptides après marquage ITRAC ou SILAC

Principe de la mesure

Les peptides produits par l’hydrolyse des protéines sont séparés par chromatographie liquide 1D ou 2D.
A pression atmosphérique, les gouttelettes de solutés sont formées à l’extrémité d’un fin capillaire porté à un potentiel élevé. Le champ électrique intense leur confère une densité de charge importante. Sous l’effet de ce champ, l’effluent liquide est transformé en nuage de fines gouttelettes (spray) chargées qui s’évaporent progressivement. Leur densité de charge devenant trop importante, les gouttelettes explosent en libérant des microgouttelettes constituées de molécules protonées ou déprotonées de l’analyte, porteuses d’un nombre de charges variable.

Les ions ainsi formés sont ensuite guidés à l’aide de potentiels électriques appliqués sur deux cônes d’échantillonnage successifs faisant office de barrières avec les parties en aval maintenues sous un vide poussé (<10-5 Torr). Durant ce parcours à pression élevée, les ions subissent de multiples collisions avec les molécules de gaz et de solvant, ce qui complète leur désolvatation. En faisant varier les potentiels électriques appliqués dans la source il est possible de provoquer des fragmentations plus ou moins importantes.
Cette méthode produit donc des ions multichargés

Ces ions vont rentrer dans l’analyseur ICR pour être séparés selon le rapport masse/charge. L’analyseur à résonance cyclotronique d’ion se compose d’une cellule ICR qui comporte notamment six plaques sous tension, isolées les unes des autres. Les ions vont acquérir un mouvement dans le plan (xy) « cyclotronique », c’est-à-dire circulaire uniforme de fréquence f= eB/(2π.m/z). Une fois piégés dans la cellule, les ions ont donc la même trajectoire mais pas la même position à un instant déterminé. Les ions sont accélérés, mis en phase et voient le rayon de leur orbite augmenter. Le courant induit par le mouvement cohérent des ions de même m/z sera mesuré sur les plaques de détection : ce sera une sinusoïde amortie de fréquence cyclotronique. Le courant induit total mesuré sera donc la somme de sinusoïdes amorties des fréquences cyclotroniques correspondant aux ions de m/z excités par résonance. La fréquence cyclotron étant proportionnelle à 1/(m/z), l’inverse de la transformée de Fourier du courant obtenu permet d’aboutir au spectre de masse en m/z.

Caractéristiques techniques


Appareil : LTQ FT-ICR Thermo Electron
Ionisation : ESI
Analyseur : LTQ-FT-ICR
Sensibilité :
Précision : 5-10 ppm
Résolution : 100 000
Gamme de masse : jusqu’à 27000 Da
Pilotage et traitement des données :
sur PC sous windows ; Mascot

Date d’installation :

Haut de page



À lire aussi...

MALDI-TOF/TOF (5800, AB SCIEX)

Domaines d’applications Identification des protéines provenant d’un mélange simple (purifiées sur gel d’acrylamide 1D ou 2D), ou d’un milieu complexe (...) 

> Lire la suite...

QqOrbitrap (QExactive, Thermo)

Le Q Exactive est un spectromètre de masse hybride combinant les performances d’un quadrupole pour la sélection de précurseur avec une grande (...) 

> Lire la suite...